De la pédagogie de l’objet à l’objet pédagogique : Google comme instrument didactique paramétrable au service des enseignants

Martin-Gomez Francisco,

Chevalier Aline

Université Toulouse 2 Jean Jaurès, France

 

 

2. Méthode

Variables et analyses des données

Un questionnaire fut administré pour mesurer les connaissances antérieures, pas de mesure de temps ; score maximum de 15

 

Une seule mesure a été prise en ce qui concerne les habiletés numériques, sous la considération des sentiments d’auto-efficacité, celui du test IROWS (fr). Il ne fut pas mesuré de temps, ni de score.

 

13 variables indépendantes furent sélectionnées pour analyser les tâches de recherche d’information :

(1)     Le temps de résolution (durée de la tâche). Pour chaque tâche expérimentale de RI, le temps total requis pour sa résolution a été calculé (en milliseconde) à partir de la première ouverture par le participant de la page d’accueil de Google, jusqu’à la clôture déclarée (réponse ou abandon, bouton de réponse dédié). Cette mesure représente le temps total pris par le participant  pour réaliser la tâche, incluant tout à la fois les temps de lecture/relecture de la question et de réflexion sur les mots-clés à utiliser, de formulation des requêtes et de réflexion sur les stratégies à utiliser. Le temps moyen pour chaque tâche a ensuite été calculé pour chaque type de questions (simples, multicritères, ouvertes).

(2)     Le score (réussite aux questions de l’étude). Pour chaque question, la réponse est évaluée et donne droit à un score : réponse juste 2 points, réponse partiellement juste 1 point, réponse fausse ou abandon 0 point. Les réponses sont considérées comme partiellement juste lorsqu’au moins la moitié des éléments de réponses attendus y figurent (par exemple à la question sur les deux symboles nazis ; la présence de l’aigle seul ou de la croix gammée seule, ou encore deux bons documents sur trois pour les réponses aux questions ouvertes). Le score moyen par catégorie de question (simple, multicritère, ouverte) a ensuite été calculé. Le résultat total de chaque participant est exprimé sur 12 points, soit 4 points par catégorie de questions.   

(3)     Nombre de documents consultés par question de recherche (ou nombre de documents ouverts). Le nombre de documents consultés est ici le nombre de documents ouverts de tout type par l’utilisateur (quel que soit le temps final passé dessus). Une moyenne est mesurée par question et par catégorie pour chaque participant.

(4)     Le nombre de relecture des questions. Ce nombre est déterminé par le nombre de clicks sur le bouton « relire la question » (qui assure l’affichage de l’énoncé de la question). La première présentation de la question n’est pas considérée. Un nombre important de relecture peut indiquer une perte de l’information en mémoire de travail, des difficultés de compréhension ou une désorientation.

(5)     Le nombre total de requêtes. Ce nombre est déterminé par l’ensemble des chaînes distinctes de caractères adressées au moteur de recherche Google pour chaque question. Chaque chaîne différente correspond ainsi à une requête différente, partiellement (en rajoutant, éliminant ou rajoutant des mots), ou totalement (en modifiant l’ensemble des mots-clés composant la requête initiale). La première requête est incluse dans le calcul. Le nombre moyen de requête pour chaque type de question a été calculé pour chaque participant.

La nature de la reformulation. Deux modalités sont observées : le nombre de nouvelles requêtes partielles (6) versus le nombre de nouvelles requêtes complètes (7) (tous les mots). Une reformulation partielle est une nouvelle requête (chaîne de caractères) qui conserve au moins un mot identique avec la précédente. A contrario, une reformulation complète est une nouvelle requête dont tous les termes sont différents.

(8)     Le nombre total de mots-clés. Pour chaque participant et pour chaque tâche de RI, nous avons calculé le nombre de mots-clés que ces requêtes comprenaient. Un même mot n’est comptabilisé qu’une fois. Une moyenne a également été calculée pour chaque catégorie de question pour chaque participant

Le type de mots-clés. Deux modalités sont considérées : mots-clés plein (9), porteur de sens par rapport à la situation, et mots-clés vides (10), non porteurs de sens. Pour chaque catégorie et pour chaque participant, nous avons calculé une moyenne par catégorie de question (simple, multicritères, ouverte)

La nature des mots-clés pleins. Pour chaque participant et pour chaque tâche de RI, nous avons analysé la nature de mots-clés plein que ces requêtes comprenaient. Deux modalités furent considérées : mots-clés pleins issus de la question (11) versus mots-clés pleins inférés ou nouveau mot-clé (12). Une moyenne a été calculée pour chaque catégorie de question et pour chaque participant

(13)  La profondeur de navigation. Emprunté aux travaux de Chin et al. (2015), nous calculons cet indicateur comme suit : nous attribuons une valeur de 0 pour les documents explorés directement depuis les liens des pages de résultats de Google (profondeur de type1), 1 pour les documents explorés depuis d’autres pages web (liens internes à la page visitée) ou profondeur de type 2. Un score est ensuite calculé pour chaque participant en fonction de chaque question puis une moyenne par catégorie de question est ensuite produite. Cet indicateur de profondeur mesure la tendance à explorer des documents primaires hors du « hub » que  représentent les SERP de Google, en suivant les liens rencontrés (butinage). La construction de cet indicateur entend ainsi permettre de mieux dissocier l’aspect « navigation » de la RI, que les modèles sélectionnés pour construire cette étude dissocient mécaniquement peu.